Génèse de la mutualisation d’audits

Objectif : simplifier et optimiser les audits fournisseurs !

La mutualisation des audits répond à une stratégie de maîtrise technique et économique de ses fournisseurs. Le concept propre de Mutual Audit est né de plusieurs constats.

Des contraintes réglementaires

L’Europe et la France encouragent fortement une politique volontaire de sécurisation de l’amont pour les industriels. Les acteurs des secteurs alimentaire, cosmétique, pharmaceutique, droguerie… doivent maîtriser leurs approvisionnements dans un contexte international en constante évolution.  A cela s’ajoute des référentiels de certifications de plus en plus contraignants sur la maîtrise des fournisseurs et de leur traçabilité.
En tout état de cause, il apparaît impossible aux entreprises transformatrices et aux distributeurs d’auditer l’ensemble de leurs fournisseurs critiques ! Que ce soit dans le cadre d’un référencement ou du suivi.

Des contraintes humaines

Les entreprises, pour réaliser des audits fournisseurs efficaces, doivent avoir des collaborateurs disponibles, compétents (audit et langue) et ayant des connaissances des process ciblés. La réalisation d’un audit répond à une  méthode précise et requiert une formation adaptée et professionnelle. Par ailleurs, les compétences d’un auditeur ne sont pas toujours vérifiées et vérifiables.

Des contraintes organisationnelles

Les fournisseurs subissent une augmentation des audits de leurs clients. Ces audits mobilisent les équipes et génèrent  des conséquences organisationnelles et budgétaires. Les audits à répétition deviennent alors un vrai handicap pour le fournisseur dont le cœur de métier est avant tout la livraison des produits commandés. Ils impactent sur le taux de service.

Des contraintes financières

Dans les deux cas, que l’entreprise soit cliente ou fournisseur, les coûts d’un audit sont très élevés et représentent une enveloppe variant de 1500 € HT et 2000 € HT en France.
Pour les fournisseurs qui subissent une augmentation du nombre d’audits et une refacturation de ces audits par les entreprises clientes, c’est donc la double peine !

La solution : la mutualisation des audits fournisseurs !