Vous le savez, la nouvelle version de l’IFS food est arrivée le 6 octobre. ….

Les principales nouveautés apportées dans cette nouvelle version portent autant sur le protocole que sur les exigences en elles-mêmes.

La structure du référentiel et des exigences est quasi inchangée avec un référentiel en 4 parties et les exigences d’évaluation divisées en 6 chapitres. La partie 1 sur le protocole de certification IFS Food a été ré-écrite pour être plus compréhensible par les entreprises certifiées. L’IFS Food a conservé une approche non prescriptive, basée sur l’analyse des dangers et l’évaluation des risques associés et permettant la réalisation d’un produit sûr, légal et conforme aux cahiers des charges.

Concernant le protocole d’évaluation, plusieurs points à noter :

  • L’obligation d’uneévaluation inopinée réalisée a minima tous les 3 ans
  • La modification de la notation B qui devient un point d’attention sans obligation d’action corrective
  • La différenciation de la correction et de l’action corrective suite à l’évaluation de certification. L’entreprise doit ainsi apporter la preuve de la correction de la déviation avant l’émission du certificat.
  • La clarification des procédés sous-traités.

« Un procédé sous-traité est défini comme une étape de production ou une partie d’un procédé (incluant le conditionnement primaire et l’étiquetage) réalisée en dehors du site par un tiers, pour le compte du site de production certifié IFS Food. Cela inclut également les procédés qui sont partiellement sous-traités à une société sœur, au sein d’un même groupe ». (extrait IFS Food partie 1, §2.2.1). Cette clarification est complétée par 3 exigences complémentaires dont le recours à un sous-traitant certifié selon un référentiel de sécurité des aliments reconnu par le GFSI ou à un sous-traitant audité par une personne expérimentée et compétente.

Sur les exigences elles-mêmes, le nombre en a été réduit : fusion d’exigences entre elles, réécriture pour éviter les redondances… L’impact de cette réduction associé à la modification de la notation devrait entraîner une baisse de la note avec une mise en valeur des systèmes performants.

Enfin, on notera, bien que cela était sous-entendu dans les versions précédentes dans les exigences KO 1.2.4 et 1.2.5, la formalisation de la notion de food safety culture dans les exigences 1.1.1 (politique d’entreprise) et 1.4.1 (revue de direction). Les exigences sur la conformité des emballages ont été renforcées avec la nécessité d’avoir une analyse des dangers et une évaluation des risques permettant de démontrer l’aptitude à l’usage de l’emballage et le respect de la règlementation.

Pour tous renseignements complémentaires, n’hésitez pas à nous contacter : [email protected] / + 33 (0)2 97 63 46 00

NOS DERNIÈRES ACTUALITÉS

Ne pas confondre « Tourisme Industriel » et « Relation fournisseur »

Le tourisme industriel en B to C (Business to consumer) a de plus en plus le vent en poupe (cf 2 articles sur MyCfia.com du 24.09.2021 faisant témoigner Cécile Pierre de la société Entreprise et Découverte et Laure Pierrisnard de la société Le Roy Re...

Lire la suite

C’est la rentrée!!! Avez vous des devoirs à faire??

...

Lire la suite

Référendum Mutual Audit pour de nouvelles prestations

...

Lire la suite